Lassana Koné : les défenseurs des droits liés à la terre et à l'environnement en RDC

11.05.2015

Présentation par ISHR de Lassana Koné, avocat à Kinshasa,  République Démocratique du Congo (RDC) travaillant pour le programme "Peuples des forêts", une ONG internationale oeuvrant pour la protection des droits de ceux qui vivent dans les forêts.

An english version of this article is available here

Lassana Koné est un avocat de Kinshasa, en République Démocratique du Congo (RDC) travaillant pour le programme "Peuples des forêts", une ONG internationale travaillant pour la protection des droits de ceux qui vivent dans les forêts.

‘Nous voulons soutenir les communautés dépendantes des forêts en protégeant leurs ressources naturelles et en plaçant les questions liées aux droits de l'homme au cœur des débats sur les forêts’.

Les efforts de Lassana en RDC se concentrent actuellement sur l’incitation aux changements politiques sur la réforme agraire et la gouvernance forestière, en cherchant à sécuriser les titres fonciers communautaires.

'C'est un moment clé car le gouvernement est en train de réformer le régime foncier. Il est vital que les communautés des droits de l'homme soient intégrées à ce processus. Cela nous permet de vérifier que le consentement libre et éclairé dans lequel les communautés s'inscrivent lors des consultations, selon les droits internationaux, est finalement intégré au droit national.’

Lassana travaille avec un grand nombre de communautés locales dans le plaidoyer pour de telles politiques et ainsi, met en lumière les abus qui se produisent dans le cadre des ressources naturelles et des régimes fonciers. Il explique que, pour les communautés, faire entendre leur voix peut être dangereux.

Ils font face à  un grand nombre d’opposants à leurs demandes, et ces opposants peuvent devenir menaçants. Par exemple, beaucoup de communautés sont évincées des projets de conservation et peuvent être menacés par les gardiens des parcs naturels. D’autres se retrouvent face à des adversaires puissants des industries extractives. Dans les deux cas, les compagnies étrangères travaillent habituellement avec les gouvernements.’

Alors que la majorité du travail des organisations en RDC se concentre actuellement sur le plaidoyer et le dialogue pour le changement politique, ils recensent également les abus des droits de l’homme dans les communautés forestières et plaident les cas avant le tribunal national par rapport à une évacuation de force d’une communauté pour créer une voie dans le parc national de la région de Kivu. 

Le SIDH a rencontré Lassana la semaine dernière à Banjul, où il travaillait autour de la Commission Africaine des Droits de l’Homme (CADHP).

Nous espérons susciter une communication devant la CADHP au sujet des peuples autochtones Sengwer du Kenya, qui ont subi une expulsion massive et forcée l'an dernier de leurs terres ancestrales, lorsque des milliers de familles ont été expulsées avec des maisons et des biens brulés par le service forestier du gouvernement du Kenya. Il y a eu quelques plaintes fructueuses avec la Banque mondiale et aussi des déclarations des procédures spéciales de l'ONU, mais l'espoir réside dans une réponse au niveau régional.’

Mais Lassala voit également d’autres opportunités d’actions de la part de a CADHP, en particulier autour de consultations préalables et informatives des communautés au regard de projets de développement et de conservation.

Cela est un élément sur lequel le groupe de travail sur les industries extractives et l’environnement de la CADHP travaille actuellement. Nous espérons qu’ils produiront des guides à ce sujet. Mais nous impliquons également le système régional dans d’autres voies ; pour cette session, nous avons produit un rapport confidentiel sur la situation que subissent les populations indigènes de Batwa en Ouganda, alors que nous examinons également la possibilité de travailler avec le Rapporteur Spécial sur les Défenseurs des Droits de l’Homme en rapport avec les menaces que subissent les communautés en requérant leurs droits.’

‘Nous croyons que les initiatives locales soutenues par la communauté internationale peuvent assurer le respect des droits des peuples forestiers, aussi.’

Lassana Koné peut être contacté à l’adresse suivante : lassana@forestpeoples.org

Category:

Region
  • Africa
Topic
  • Corporate accountability
  • Human rights defenders
Mechanism
  • African Commission on Human and Peoples' Rights
Country
  • Congo (Kinshasa)
  • Kenya
  • Uganda